Après des années de stress accumulé, nous développons pour la plupart le syndrome de Cushing, qui est caractérisé par une perte de masse musculaire, un gain de masse adipeuse (ces deux changements peuvent s’équilibrer), l’apparition d’un ventre, et cette fameuse bosse de bison qui préfigure la posture caractéritique de la personne âgée.

Le syndrome de Cushing est dû à une hypersécrétion de cortisol. Le cortisol est une hormone sécrétée en situation de stress et de maladie, particulièrement lorsqu’il y a inflammation. Il est courant d’enregistrer les concentrations de cortisol (salivaire, notamment) pour suivre l’état de stress d’une personne ou d’un animal.

Il est important de se souvenir que cette très courante difformité est le résultat d’une maladie chronique qui est traitable.

Nous savons que des doses-primate de vitamine C diminuent les effets du stress psychologique de façon marquée. Stuart Brody et coll ont montré que 3 grammes d’acide ascorbique à libération prolongée (ce qui ressemble beaucoup, tant sur le plan du dosage que celui de la posologie, aux doses qu’emploient nos cousins les primates pour contrer notre maladie génétique “publique”, l’hypoascorbémie), réduisait les concentrations de cortisol, la pression artérielle et la perception subjective de stress (Brody & coll., 2002). Fait intéressant, ces effets s’accompagnent d’une plus grande disponibilité à l’acte sexuel! (Brody & coll., 2002).

Références

Margules DL (1979). « The obesity of middle age: a common variety of Cushing’s syndrome due to a chronic increase in adrenocorticotrophin (ACTH) and beta-endorphin activity ». Adv. Exp. Med. Biol. 116: 279-90. PMID 224674.
Brody S, Preut R, Schommer K, Schürmeyer TH (2002). « A randomized controlled trial of high dose ascorbic acid for reduction of blood pressure, cortisol, and subjective responses to psychological stress« . Psychopharmacology (Berl.) 159 (3): 319-24. DOI:10.1007/s00213-001-0929-6. PMID 11862365.
Brody S (2002). « High-dose ascorbic acid increases intercourse frequency and improves mood: a randomized controlled clinical trial ». Biol. Psychiatry 52 (4): 371-4. PMID

Publicités