lolita-1962Une fois de plus, le parti Québec Solidaire s’est montré plus réaliste et pragmatique que les partis de centre-droite, centre-gauche et centre-centre (pour les francophones qui ne connaissent pas la démocratie québécoise, il s’agit de  l’Action démocratique, du Parti Québécois et du Parti libéral, respectivement). Mme David a honoré la mémoire des victimes du massacre de la polytechnique en tenant une conférence de presse sur l’hypersexualisation des jeunes filles.

Jeunes filles précoces

Selon les chiffres avancés par Lysane Grégoire, responsable de la Commission nationale des femmes de Québec Solidaire, une adolescente sur trois sera abusée sexuellement avant l’âge adulte. La solution, soutient-elle, réside dans la prévention.

« Nous craignons que l’hypersexualisation teinte les rapports entre les garçons et les filles. La sexualité est maintenant considérée sous l’angle de la performance. Ce n’est pas normal que des jeunes filles se demandent si elles doivent accepter la sodomisation dès la première relation sexuelle.»

(24 heures, édition du vendredi 5 décembre 2008)

Ce n’est pas vraiment que ces idioties sodomites soient une question de performance. Bien sûr, c’est un comportement qui peut rappeler l’extrémisme de nos voisins du Sud. Mais ce qui est plus horrifique, dans tout cela, c’est que le corps soit devenu un terrain de jeu. L’hypersexualisation des jeunes filles, c’est le jeu de l’enfant colonisé par le monde des adultes. Pourquoi?

Premièrement, parce que la prostitution est devenue une façon de vivre. Donner son corps, vendre son corps pour quelques sous, pour 10$ de l’heure, est maintenant acceptable. La société ne pourrait pas faire mieux, n’est ce pas? Pourquoi pas y prendre plaisir? Si Britney aime ça, pourquoi pas moi? En plus, elle fait beaucoup plus que le salaire minimum pour vendre son corps.

Deuxièmement, parce que la puberté arrive plus tôt de nos jours. C’est à cause de l’industrie. L’industrie répand délibérément des tonnes de substances agissant sur les hormones sexuelles (on les appelle pseudooestrogènes ou xénooestrogènes). Bisphénol A, hydrocarbures aromatiques polycycliques, dioxines, phtalates, biphényles polychlorés, ont cette fâcheuse tendance à interférer avec le développement normal des caractères sexuels primaires et secondaires. C’est la raison pour laquelle les jeunes préadolescentes sont plus vulnérables qu’auparavant aux attraits de la vie pubère. Ce n’est pas seulement un phénomène de mode, c’est un changement démographique de grande envergure qui fait que nous avons désormais, artificiellement, plus d’adolescentes qu’avant, parce que l’apparition des seins (et des caractères psychologiques sous-jacents) survient en moyenne 1 an et demi plus tôt que la nature l’avait prévu.

The Falling Age of Puberty in U.S. Girls: What We Know, What We Need to Know

The Problem
Girls get their first periods today, on average, a few months earlier than did girls 40 years ago, but they get their breasts one to two years earlier. Over the course of a few decades, the childhoods of U.S. girls have been significantly shortened.

Publicités