AEP


Autour de 60 % des papas de Gaza ont un SSPT (PTSD). 75% des mamans. 98% des enfants.

Après les arrestations massives à Toronto, bien des jeunes militants ont vu leur monde s’écrouler. Ils ne s’attendaient pas à entrer dans ce monde parallèle qu’ils voient à la télé, loin de chez eux. Là aussi, le SSPT est répandu.

L’avènement du fascisme sécuritaire post-11 septembre, couplé à l’éducation populaire rendue possible par Internet, rendent de plus en plus probable l’apparition d’un SSPT, que l’on soit un spectateur ahuri par la terreur à l’écran ou la victime mise en scène sur le toi-tube.

Comme si ce n’était pas suffisant, le microfascisme biomédical est là pour nous aider à vivre, si l’on peut se le payer. Les antidépresseurs et anxiolytiques servent à modifier les concentrations de certains neurotransmetteurs dans le but d’aider des personnes qui ont ces problèmes chimiques mais aussi bien d’autres problèmes chimiques.

La fausse dichotomie entre le naturel et le synthétique, entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie des produits naturels, cache le vrai problème. Après un trauma, le corps — et cela inclut le cerveau — est transformé. Vous n’êtes plus la même personne. Ce que les psys et les naturo-machin appellent le travail du temps, le travail sur soi, c’est aussi l’effort de l’organisme — et non pas seulement la psyché — pour retrouver sa plénitude malgré les nombreuses microfamines qui perdurent et sont entretenues, pour la plupart, par le traitement psychopharmacologique au prozac, à l’ativan ou aux gentilles petites plantes comme le millepertuis, le kava ou que sais-je encore.

Les personnes en syndrome post-traumatique manquent des matériaux de construction suivants.

Magnésium

Zinc

Omega-3 (surtout EPA/AEP)

Antioxydants, au premier chef vitamine C et glutathion (donc cystéine)

Vitamine D

pour plus d’infos contactez l’auteur; d’autres détails suivront.

Objectifs

1. Déterminer les effets anorexigènes de la malnutrition

1.1 Le zinc

Le déficit en zinc cause une perte d’appétit qui peut mener à l’anorexie nerveuse, à des troubles de l’appétit et du goût et, fait notable, à un apport inadéquat de zinc. L’usage du zinc dans le traitement de l’anorexie nerveuse a été défendu par Bakan depuis 1979. Au moins cinq études cliniques ont montré que le zinc augmentait le gain de poids chez les anorexiques. En 1994, un essai randomisé à double insu a montré que le zinc (14 mg par jour) doublait la le gain de poids des anorexiques. (Publié dans Wikipedia-EN)

1.2 Autres nutriments

D’autres nutriments susceptibles d’être en déficit suite à une perte d’appétit peuvent contribuer à ce phénomène de malnutrition induite par la malnutrition : tyrosine, tryptophane (précurseurs des monoamines dopamine/norepinephrine et de la sérotonine, respectivement); thiamine (vitamine B1). (Publié dans Wikipedia-EN)

Clairement, les acides gras polysinsaturés, notamment ADH, AEP et AA, sont impliqués dans le cercle. (à suivre)

2. Autres objectifs

2.1 Comment les neurones miroirs fonctionnent-ils dans l’anorexie?

2.2 Quelles sont les aberrations du goût qui peuvent mener à l’anorexie?

2.3 Les phénomènes d’anorexie (transitoires, sans conséquences évidentes) sont-ils fréquents dans la population? Sont-ils associés à des problèmes comme l’obésité (cf « ne pas sauter de repas, ne pas se gaver, éviter les régimes yo-yo, pour prévenir le gain de poids »)?

Références

Neurobiology of Zinc-Influenced Eating Behavior

Publié dans Wikipedia:

Zinc deficiency causes a decrease in appetite that can degenerate in anorexia nervosa (AN), appetite disorders and, notably, inadequate zinc nutriture. The use of zinc in the treatment of anorexia nervosa has been advocated since 1979 by Bakan. At least five trials showed that zinc improved weight gain in anorexia. A 1994 randomized, double-blind, placebo-controlled trial showed that zinc (14 mg per day) doubled the rate of body mass increase in the treatment of AN. nutrients such as tyrosine and tryptophan (precursors of the monoamine neurotransmitters norepinephrine and serotonin, respectively), as well as vitamin B1 (thiamine) could contribute to this phenomenon of malnutrition-induced malnutrition.