primates


La ville est une création de la classe capitaliste. Il y a quelques siècles, la technique a permis à certains de s’enrichir de façon inouïe sur le dos de la multitude, car le volume de production avait augmenté de façon tout aussi inouïe. Tout ce qu’il fallait, c’était une masse de travailleurs pas trop loin.

La suite de l’histoire, on la connaît : l’essentiel de la richesse est entre les mains d’une infime minorité (qui d’ailleurs ne cesse de décliner en nombre et d’augmenter en puissance), et nous, pendant ce temps sommes continuellement en état de privation (d’argent, de temps, ou les deux). Nous sommes aussi privés d’espace, et c’est peut-être le plus important. L’espace qui nous manque, ce ne sont pas les espaces verts (où chacun s’en va se faire croire qu’il est en harmonie avec la nature). Ce sont les espaces humains, où l’on pourrait espérer vivre une certaine harmonie entre nous. Où nous pourrions nous ré-enraciner.

Sempé

Sempé

La vie en ville expose à des dizaines de milliers de personnes, de visages et de corps, et convainc de la futilité de l’amitié. Pourquoi diable être affable avec tant de personnes, pourquoi cultiver une dizaine de milliers d’amitiés naissantes? C’est insensé. Et pourtant, c’est ce pour quoi nous sommes faits, depuis de milliers de générations. Nous sommes faits pour être disponibles et curieux. Nous sommes dotés de neurones empathiques plus volumineux et connectés que toute autre espèce. Nous naissons avec une capacité d’empathie qui fait que dès les premières heures, nous imitons les adultes! (Meltzoff, 1973)La découverte de Meltzoff

Exposons un villageois au spectacle d’une station de métro à l’heure de pointe : il fuira ou dépérira. Fréquemment, les ruraux ressentent de l’effroi à la vue des citadins. Ils sentent que le citadin est dépourvu d’empathie et incapable d’engagement.

La ville est une zone de désertification sociale.

Publicités

La maladie humaine

tarzan-fait-de-la-cuisine.jpg

Tarzan se préparant son smart drink, suivant les conseils de son ami primate

Les données dont nous disposons indiquent que tous les membres de l’espèce humaine n’ont pas la capacité de synthétiser l’acide ascobique parce que l’Homme, à la différence de la plupart des autres mammifères, ne dispose pas de l’enzyme L-gulonolactone oxidase (EC 1.1.3.8). Comme Irwin Stone (1967) le faisait remarquer, l’hypoascorbémie est une maladie métabolique innée. Pour employer des termes d’hématologie, nous pourrions dire que c’est une maladie métabolique publique. (McKusick, 2002; Hypoascorbemia, Online Mendeleian Inheritance in Man)

Les grands primates, dans la jungle, en consomment de 2 à 6 grammes par jour (Milton, 1999).

 

Nous en consommons autour de 0,1 gramme par jour (entre 5 et 10 portions de fruits cultivés par jour).

L’apport quotidien recommandé de vitamine C est de 0,06 grammes par jour

 


 

l’apport quotidien recommandé de vitamine C

Un moment surréaliste

Même les cobayes (une des rares espèces incapables de faire de la vitamine C) sont mieux traités que nous. Il peut être est amusant de constater que l’experte en soins vétérinaires dans le How-to ci-dessous, à 1 min 22, énonce que le cobaye doit recevoir son 50 mg de vitamine C par jour (au moyen d’un supplément, c’est plus simple), manifestement sans se rendre compte que c’est à peu près la même quantité qui est recommandée pour elle-même (qui a la même maladie génétique que le cobaye, mais qui n’a clairement pas le même poids)! Mieux vaut en rire.

Références

KlennerMilton, K. (1999) « Nutritional characteristics of wild Primate foods: Do the natural diets of our closest living relatives have lessons for us? » Nutrition 15(6):488-498.
Stone, Irwin (1979). « Homo Sapiens Ascorbicus, A Biochemically Corrected Robust Human Mutant. » Med Hypotheses. 1979 Jun;5(6):711-21.
McKusick, Victor A. (2002). « HYPOASCORBEMIA (SCURVY; VITAMIN C, INABILITY TO SYNTHESIZE) » Online Mendeleian Inheritance in Man.

Annexe – Textes en VO anglaise

The hardest cause to identify is the one that is universally present, for then it has no influence on the distribution of disease. (Rose, 1986, 2001)

As far as is known, all members of the human species lack the ability to synthesize ascorbic acid because man, unlike most other mammals, does not possess the enzyme L-gulonolactone oxidase (EC 1.1.3.8). As Stone (1967) pointed out, hypoascorbemia is an inborn error of metabolism. Borrowing a term from the blood groups, we might say that it is a ‘public’ inborn error of metabolism. (McKusick, 2002; Hypoascorbemia, Online Mendeleian Inheritance in Man)