troubles d’hyperactivité avec déficit de l’attention


Autour de 60 % des papas de Gaza ont un SSPT (PTSD). 75% des mamans. 98% des enfants.

Après les arrestations massives à Toronto, bien des jeunes militants ont vu leur monde s’écrouler. Ils ne s’attendaient pas à entrer dans ce monde parallèle qu’ils voient à la télé, loin de chez eux. Là aussi, le SSPT est répandu.

L’avènement du fascisme sécuritaire post-11 septembre, couplé à l’éducation populaire rendue possible par Internet, rendent de plus en plus probable l’apparition d’un SSPT, que l’on soit un spectateur ahuri par la terreur à l’écran ou la victime mise en scène sur le toi-tube.

Comme si ce n’était pas suffisant, le microfascisme biomédical est là pour nous aider à vivre, si l’on peut se le payer. Les antidépresseurs et anxiolytiques servent à modifier les concentrations de certains neurotransmetteurs dans le but d’aider des personnes qui ont ces problèmes chimiques mais aussi bien d’autres problèmes chimiques.

La fausse dichotomie entre le naturel et le synthétique, entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie des produits naturels, cache le vrai problème. Après un trauma, le corps — et cela inclut le cerveau — est transformé. Vous n’êtes plus la même personne. Ce que les psys et les naturo-machin appellent le travail du temps, le travail sur soi, c’est aussi l’effort de l’organisme — et non pas seulement la psyché — pour retrouver sa plénitude malgré les nombreuses microfamines qui perdurent et sont entretenues, pour la plupart, par le traitement psychopharmacologique au prozac, à l’ativan ou aux gentilles petites plantes comme le millepertuis, le kava ou que sais-je encore.

Les personnes en syndrome post-traumatique manquent des matériaux de construction suivants.

Magnésium

Zinc

Omega-3 (surtout EPA/AEP)

Antioxydants, au premier chef vitamine C et glutathion (donc cystéine)

Vitamine D

pour plus d’infos contactez l’auteur; d’autres détails suivront.

Publicités

osf-hardback-large.gif

Tandis que nous sommes devant nos télévisions à regarder les nouvelles de notre planète, choqués, mais nous demandant bien ce que nous pourrions faire, à part des choix de consommation responsables, notre environnement le plus immédiat, notre corps, souffre, tout comme la planète, à cause de la charge de produits de l’industrie qui s’y accumule.

Tous, sans exceptions, nous respirons, buvons, mangeons et respirons les produits de l’industrie qui feront de nous des clients du système médico-industriel comme cancéreux, asthmatiques, allergiques, dépressifs, déficitaires de l’attention.

Et si, parallèlement aux avertissements sur l’avenir de la planète, il y avait, régulièrement, à heure de grande écoute, des nouvelles de notre environnement immédiat, de nos corps, et particulièrement de nos ADN, de nos glandes et de nos cerveaux?

Les criminels qui détruisent notre planète détruisent aussi nos existences. Nous avons le droit de le savoir. Nous avons le droit de savoir comment leurs molécules tuent, font souffrir, et rendent autistes ou indifférents.

À moins que la faculté la plus importante de l’homme, qui loge dans les neurones miroirs (neurones empathiques), soit déjà trop polluée pour fonctionner adéquatement. Le nombre croissant d’autistes n’est que la pointe de l’iceberg. La pollution les frappe plus que les autres, mais les neurones miroirs de chacun d’entre nous sont pollués et déficients. La faculté la plus noble de l’homme, l’empathie, la conscience du monde, est atteinte.

autisme1.jpg

interaction, and restricted and repetitive interests and activities-has been found to be present in the general population with no clear demarcation between pathological severity and being a common trait.

London E. The role of the neurobiologist in redefining the diagnosis of autism. Brain Pathol. 2007 Oct;17(4):408-11.

The diagnostic triad of symptoms that defines autism-impaired communication, impaired social

Références

Myers, Pete. Good genes gone bad. American Prospect, April 2006. Dans : Our Stolen Future Homepage
Vedantam, Shankar. Social Isolation Growing in U.S., Study Says- The Number of People Who Say They Have No One to Confide In Has Risen. The Washington Post Friday, June 23, 2006; A03

foetusplomb.JPGL’exposition du foetus au tabac est un facteur de risque de trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA). Cela, on le sait. L’étude de Bruce Lanphear & coll. de 2006 indique qu’un autre facteur de risque, celui-ci moins modifiable que le tabagisme, contribue encore plus au THADA. Il s’agit de l’exposition au plomb.

Nous parlons ici du plomb sécuritaire. Connaissez-vous le plomb sécuritaire? Il s’agit d’une dose de plomb trouvée fréquemment dans l’environnement, que les autorités de la santé jugent sécuritaire (moins de 10 microgrammes par décilitre).

Les concentrations de plomb auxquelles les autorités de la santé veulent bien que nous soyons exposés minent l’attention et rendent hyperactif.

Déjà que les timbres de nicotine et les médicaments sont très peu efficaces contre le tabagisme (une personne sur quatre répond à ces traitements), nous voilà encore plus impuissants qu’on ne le pensait : le plomb sécuritaire, que l’on respire et ingère, est au moins aussi dangereux que l’infâme cigarette!

Reste à savoir si l’industrie saura ce défaire de sa vilaine dépendance au plomb mieux que les fumeurs de leur dépendance au tabac.

Références

Joe M. Braun, Robert S. Kahn, Tanya Froehlich, Peggy Auinger, and Bruce P. Lanphear (2006) « Exposures to Environmental Toxicants and Attention Deficit Hyperactivity Disorder in U.S. Children. » Environmental Health Perspectives Volume 114, Number 12, December 2006
Uyar M, Filiz A, Bayram N, et al (2007). « A randomized trial of smoking cessation. Medication versus motivation ». Saudi medical journal 28 (6): 922-6. PMID 17530112.