ville


Les microbes se promènent dans les aires confinées des écoles, des hôpitaux et des bureaux.  Les espaces surpeuplés abritant du froid sont une invention des classes dominantes leur permettant de gérer économiquement un nombre maximal de corps humains aptes au travail ou en vue de les préparer au bagne. Rappelons que la majorité des salaires payés dans le monde sont en-deçà de ce que l’Organisation des Nations-Unies qualifie de décent.

Les bouillons de cultures microbiennes dans lesquels nous nous entassons sont le problème, mais la médecine la plus énergique (les faire sauter ou les abandonner) causerait des effets vraiment trop indésirables (emprisonnement, famine). Puisqu’il faut pactiser avec les personnes qui nous exploitent et nous rendent malades, tristes et cons, voyons comment on peut assainir nos aires communes.

Ces boîtes à matière humaine contiennent non seulement plus d’humains, plus des microbes qu’ils transportent avec eux, mais aussi moins d’électrons. On appelle ça une réduction du taux d’ionisation de l’air ambiant.

Quelques diagrammes vous donneront une petite idée. Un ionisateur d’air libère des électrons dans l’atmosphère. Ces électrons s’attachent à l’oxygène (O2+e-=O2-). L’O2- se promène jusqu’à ce qu’il entre en collision avec de la poussière en suspension, une bactérie ou un virus. L’électron est arraché de l’O2 et s’accroche à la particule ou au microbe en suspension. L’électron agit comme une glu : il se forme un agglomération plus lourde, si bien que la particule ou le microbe tombe au sol. Après une séance d’ionisation de l’air, on passe le balai et on ramasse les microbes (si, c’est vrai, c’est mesurable).

Premier diagramme (merci au Penn State Department of Architectural Engineering pour avoir partagé en ligne ces résultats) : la réduction des concentrations de microbes dans une clinique dentaire, telle qu’exprimée en termes de concentrations de microbes divers dans deux bouillons de culture.

ions-neg-1

Passons au troisième diagramme, où il est question d’un microbe fort célèbre ces jours-ci, le staphyloccoque doré (SRAM signifie staphyloccoque doré résistant à la méthicilline ou méthicillinorésistant) :

ions-neg-3
Un détail important, en bas à droite : « Makela 1979 ». Cela signifie que cette étude a été publiée il y a trente ans. Statisticiens, à vos calculs! Comptez les morts et le cumul des réductions de qualité de vie. Juste pour avoir un ordre de grandeur. N’oubliez pas les prédictions.

Référence
Penn State Department of Architectural Engineering, Indoor Environment Center, Aerobiological Engineering, Airborne Pathogen Control Technologies, Negative Air Ionization

Publicités

La ville, comme les médias, sont, dans l’état actuel des choses, corrupteurs de la sensibilité innée de l’homme à autrui. La proximité dans laquelle nous vivons les uns des autres a tôt fait de refroidir l’instinct d’animal social pour faire place à un profond sentiment d’impuissance de tous envers tous — à l’exception de quelques relations et de la famille (quand tout se passe pour le mieux) — alimenté quotidiennement par le spectacle de la misère et de l’égocentrisme.

Avant que n’existent les fourmillières humaines, avant l’apparition de l' »information », il était possible de passer de l’indignation, de la colère, de l’inquiétude, à l’action. Songer au destin d’une personne qu’on ne connait pas, loin de notre communauté, relevait du religieux. Désormais, les personnes que l’on ne connaît pas sont à quelques mètres de nous et sont plusieurs milliers. En fait, nous vivons dans une seule et unique ville faite de béton et d’ondes. Il n’y a plus d’espace et il n’y a plus de religion.

Si bien que la préservation de l’instinct social, de l’empathie, devant la menace de surpopulation psychique, passe par une nouvelle forme de religiosité. Pour les matérialistes, il n’y a pas d’issue, il faut rentrer dans le rang, faire le peu qu’on peut et apprendre à s’économiser quand le sens de l’impuissance frappe. Pour ceux qui ne croient pas au matérialisme (matière, matière, tout n’est que matière), la science offre quelques pistes. En fin de compte, la croyance selon laquelle les religions n’étaient que des phénomènes politiques et psychanalytiques a été réfutée de plusieurs manières, mais tout particulièrement par des études sur l’effet de la pensée sur la matière — à distance. Il semble que la prière soit bien plus qu’un rituel, c’est une modalité de l’existence, et elle a un impact. Cela a été vérifié par divers chercheurs dans divers contextes expérimentaux.

Rupert Sheldrake Online
Rupert Sheldrake biologist author telepathy research, morphic resonance, powers of animals, psychic pets, dogmatic skepticism, media skeptics.
http://www.sheldrake.org/
Global Consciousness Project — consciousness, group consciousness …
Scientific research network studying global consciousness: Description, Specifications, Data Access, Results.
http://www.noosphere.princeton.edu/
Brian Josephson’s home page
Professor Brian Josephson (1973 physics Nobel laureate), director of the Mind-Matter Unification Project of the Theory of Condensed Matter Group at Cambridge
http://www.tcm.phy.cam.ac.uk/~bdj10/

Si bien que la question qui demeure est : peut-on vraiment se permettre d’ignorer que désormais, tout ce qui nous reste, dans la fourmillière humaine (hormis quelques bonnes actions sans grand impact social) c’est une pensée qui agit… à distance? Ou alors choisirez-vous de croire que ce n’est qu’une consolation, une auto-mystification, un opium, comme le voudraient les ennemis de la Raison et de la Science (qu’on appelle les sceptiques)?

La ville est une création de la classe capitaliste. Il y a quelques siècles, la technique a permis à certains de s’enrichir de façon inouïe sur le dos de la multitude, car le volume de production avait augmenté de façon tout aussi inouïe. Tout ce qu’il fallait, c’était une masse de travailleurs pas trop loin.

La suite de l’histoire, on la connaît : l’essentiel de la richesse est entre les mains d’une infime minorité (qui d’ailleurs ne cesse de décliner en nombre et d’augmenter en puissance), et nous, pendant ce temps sommes continuellement en état de privation (d’argent, de temps, ou les deux). Nous sommes aussi privés d’espace, et c’est peut-être le plus important. L’espace qui nous manque, ce ne sont pas les espaces verts (où chacun s’en va se faire croire qu’il est en harmonie avec la nature). Ce sont les espaces humains, où l’on pourrait espérer vivre une certaine harmonie entre nous. Où nous pourrions nous ré-enraciner.

Sempé

Sempé

La vie en ville expose à des dizaines de milliers de personnes, de visages et de corps, et convainc de la futilité de l’amitié. Pourquoi diable être affable avec tant de personnes, pourquoi cultiver une dizaine de milliers d’amitiés naissantes? C’est insensé. Et pourtant, c’est ce pour quoi nous sommes faits, depuis de milliers de générations. Nous sommes faits pour être disponibles et curieux. Nous sommes dotés de neurones empathiques plus volumineux et connectés que toute autre espèce. Nous naissons avec une capacité d’empathie qui fait que dès les premières heures, nous imitons les adultes! (Meltzoff, 1973)La découverte de Meltzoff

Exposons un villageois au spectacle d’une station de métro à l’heure de pointe : il fuira ou dépérira. Fréquemment, les ruraux ressentent de l’effroi à la vue des citadins. Ils sentent que le citadin est dépourvu d’empathie et incapable d’engagement.

La ville est une zone de désertification sociale.